Ohio...

Publié le par cynic63

Je suis assez mordu, question radio, de France Inter.
Lundi matin, je l'écoutais donc lorsque j'ai appris une nouvelle qui m'a fait littéralement bondir ou régurgiter mon premier café du jour. Je ne sais plus...
Aux Etats-Unis, ce grand pays de libertés qu'on admire (enfin moi, du moins) essentiellement pour avoir nu naître le roman noir et le rock and roll, on a toujours une solution à tout. C'est bien connu: le "Yes we can" d'Obama n'est nouveau que pour nous.
En plus, la chroniqueuse, dont j'ai oublié le nom, parlait d'un Etat que je connais, à savoir l'Ohio.
J'écoute donc plus attentivement, histoire de bien comprendre à quel problème l'administration de cet Etat du Nord du pays est confrontée...

Romell Broom, condamné à mort, n'a pu être exécuté le 15 septembre pour des raisons qui tiennent à la fois du médical, du juridique et de la technique.
En effet, alors que le supplicié était allongé sur la "table d'opération", il avait été impossible de trouver la moindre veine supportant  la pose des cathéters nécessaires à l'injection des différentes doses (3 au total) composant la procédure d'exécution. Après deux heures (...) d'efforts, de labeur, d'acharnement zélé, il a fallu se rendre à l'évidence: la main de la loi ne pouvait s'abattre sur Broom.
A ce stade d'abjection, cela suffirait mais non...
Les autorités ont décidé de "simplifier" le protocole. Histoire que l'intéressé et ses futurs compagnons d'infortune puissent subir la juste peine prévue par la loi...
On pourrait passer à une seule dose (la mortelle, évidemment) et injecter directement celle-ci en intra-musculaire.

Par delà le caractère ignoble, vulgaire de l'épisode Broom, on voit poindre toute l'horreur des tenants et des partisans de la peine capitale.
Victor Hugo disait il y a plus de 170 ans: "Le meurtre social se cache par honte".
Désormais, on n'en est plus là...

Je vous renvoie à ceci: link 

Commenter cet article

Jean-Marc Laherrère 03/12/2009 09:52


Et ce matin rebelote mais sur France Culture, le portrait du jour consacré à un autre assassiné dans el tenessee à 53, après 30 ans à poireauter dans le couloir de la mort.
Mais il paraît que c'est le modèle à suivre.


cynic63 03/12/2009 17:03


Purée, mais ils s'arrêteront quand??? Mais quand j'entends la réaction de certaines de mes élèves, je me dis que près de 30 ans après, en France, l'abolition n'est pas évidence...


Travis 02/12/2009 22:23


non mais tu n'es pas bien d'écouter ce genre de chose au petit matin sans rien (ou presque) dans l'estomac, "ce n'est pas pire" qu'un débat entre membre de l'ump.


cynic63 02/12/2009 22:48



Ben, je ne l'ai pas fait exprès...En outre, tant que les débats entre membres de l'UMP restent entre membres de l'UMP, ça me va. Le pire, c'est quand ils viennent nous polluer les oreilles et
l'esprit



caroline 02/12/2009 18:06


Je surenchéris sur Callisto, dont j'avais parlé chez Duclock : http://duclock.blogspot.com/2009/02/callisto-de-torsten-krol-odell-un-nom.html
Vraiment à lire.

Concernant les Etats-Unis, ce cas-là aussi est intéressant :
http://www.rtbf.be/info/economie/execution-au-texas-dun-homme-noir-qui-navait-pas-commis-de-meurtre-162796


cynic63 02/12/2009 18:12


Merci Caroline pour le lien sur Callisto. J'irai voir ton papier. Odell, est-ce lié à l'affaire Odell Barnes dont on avait tiré un super film? (mais peut-être donnes-tu la réponse sur ton
papier).
Rien que le libellé de ton deuxième lien est explicite.... 


Pierre FAVEROLLE 02/12/2009 17:50


ça t'étonne ? Personnellement, je n'aime pas les Etats Uniens ... mais ça reste personnel. Que dire de plus ? Je te conseillerais une lecture (géniale qui plus est) édifiante d'un bouquin qui est
passé inaperçu lors de sa sortie : Callisto de Torsten Krol. Le nom de l'auteur est un pseudonyme. On ne sait pas qui c'est mais c'est probablement un GRAND auteur américain. C'est l'histoire d'un
américain moyen qui croit à ce qu'on lui raconte (donc pro-Bush) et qui va échouer dans un petit village pour le pire ... Hilarant au second degré. Si tu le lis, tu verras à quel niveau je situe
les Etats Uniens.


cynic63 02/12/2009 18:00


Non, ça ne m'étonne pas. Ca me dégoûte. Simplement. Si on peut dire...
Et tous les Etats-Uniens, trop peu certes, ne sont pas ainsi...Enfin, on peut parfois en douter


thaliesen 02/12/2009 17:16


Lorsque l'on pense qu'il n'est plus nécessaire de se passer des deux doses précédent la mortelle, c'est que la part d'homme, dans ce qu'elle à de plus précieuse, même pour un condamné à mort, est
niée. C'est manger la poussière, rabaisser l'être humain à n'être qu'un corps. Autant lui tirer une balle dans la tête pour aller au bout de son idée. Cette épisode déplorable ne fait qu'insister,
encore une fois, sur la boucherie "légale" qu'est la peine capitale. Cet homme n'en est plus. Pauvre amérique...


cynic63 02/12/2009 17:58



Toute l'ignominie de la peine de mort poussée à son extrême dans cette histoire...ce côté acharnement est en effet "pire" que la balle dans la tête