Tragédie de Galway...

Publié le par cynic63

Vous l'avez certainement remarqué: Ken Bruen fait partie de mes favoris. J'aime sa verve, sa fureur, sa plume acide, ses références au rock and roll...
Bref, je le place au sommet de mon Panthéon personnel, avec quelques autres évidemment...
Un sommet dont il ne descendra pas après la lecture de ce Dramaturge, quatrième volet des mésaventures de son privé atypique Jack Taylor.

Multidéfoncé dans les épisodes précédents ( Les non-dupes Eire), Jack s'est acheté une conduite: sobriété, lucidité et abstinence de drogue ou alcool. Il conserve une addiction aux cigarettes mais, même à ce niveau, il a diminué très fortement sa consommation.
Toujours locataire d'une chambre à l'hôtel Bailey, établissement vieillot mais dont la propriétaire, une charmante veille dame, se montre plus qu'adorable avec lui, Jack s'habitue à sa nouvelle vie. Toujours très lié à Cathy et Jack, ses seuls proches finalement, il lui arrive même de jouer les baby-sitters avec Serena May, leur fille trisomique de trois ans.
Un jour, Cathy lui demande un service: se rendre à Mountjoy, la prison de Dublin, afin de recontrer Stewart, l'ancien dealer de Jack, qui est tombé pour ses activités illégales.
D'abord réticent, Jack finit par accepter. Stewart veut faire appel à lui car sa soeur est morte. Un accident pour la police; un meurtre selon lui. La jeune fille a été retrouvée en bas d'un escalier, un livre de Synge, un auteur irlandais du XXème siècle, à ses côtés. Et c'est ce dernier détail qui pousse le dealer à penser que cette mort n'est pas accidentelle car elle détestait le dramaturge en question.
Pas vraiment convaincu par ce qu'il considère comme une fausse piste, Jack accepte cependant de mener quelques investigations. D'autant que Stewart paye bien. Il n'a donc rien à perdre, à part du temps dont il dispose, de toutes façons, à foison.
Parallèlement,  Taylor est rattrapé par son passé en la personne d'Ann Henderson, une des rares femmes qui a réellement compté pour lui. Mariée désormais à un flic violent, Ann semble malheureuse et alors qu'elle s'apprête à se confier plus ouvertement à Jack, son charmant mari fait comprendre avec délicatesse à ce dernier que tout ça ne le regarde pas. Notre privé de Galway en est quitte pour quelques jours d'hôpital et un genou démoli.
Remis de ses blessures, Jack regagne son "foyer" et entend une nouvelle surprenante, coincée entre les commentaires sur la récente guerre en Irak et les vicissitudes des compétitions de football:
"Une étudiante a fait une chute dans les escaliers et est décédée sur le coup" .
La brève résonne dans le cerveau désormais clair de Taylor qui fait alors appel à une vieille connaissance de la police afin qu'elle se renseigne et confirme ses doutes: N'aurait-on pas découvert un livre de Synge près du cadavre de l'infortunée jeune fille?

Ken Bruen, à travers une enquête dont l'argument l'inscrit dans la catégorie des "meurtres rituels", nous livre ici un excellent volume de la série "Jack Taylor".

Si on retrouve, au risque de se répéter, les principales caractéristiques de son écriture comme les références littéraires quasi permanentes, par exemple, on ne peut taxer l'Irlandais de faire du surplace ici.
En effet, les divers renvois à la littérature, à la musique (Bruen a souvent très bon goût d'ailleurs) ou même à l'actualité du monde ne servent pas de prétextes à un étalage de connaissances gratuites. L'ensemble s'inscrit bien dans l'intrigue et se montre à son service. Les évocations de la seconde guerre du Golfe ou du référendum sur le traité de Nice sont l'occasion pour Bruen, en outre, d'exercer sa causticité à l'endroit d'un monde moderne dont il met en exergue les tares et autres dérives.
Encore une fois, rien ne nous paraît gratuit dans ce roman. Les péripéties secondaires prennent tout leur sens tant elles permettent à l'auteur, ainsi qu' à son narrateur, d'appuyer là où cela fait mal comme lorsqu'il évoque la justice expéditive exercée par un groupe de miliciens entendant s'inscrire dans la grande tradition de révolte de leur pays.

De plus, on découvre avec  le Dramaturge un Jack Taylor que l'on savait capable de compassion, d'empathie mais qui n'y arrivait pas vraiment. S'il se montre toujours acerbe, tranchant ou même parfois intransigeant, il développe, ici, une très nette tendance à la magnanimité, y compris vis-à-vis de personnes qu'il déteste depuis longtemps, à commencer par sa mère par exemple.
Bruen accorde dans ce roman une très large part au passé. A celui de Jack qui se manifeste sous la forme de personnages croisés dans les précédents épisodes (sans que cela ne désoriente, à mon avis, le lecteur néophyte), comme Ann ou encore le père Malachy, véritable image du rigorisme catholique d'une Irlande qui a quand même, ne l'oublions jamais, enfermé des jeunes filles "dépravées" dans les couvents des Magdalenes...

Mais, et c'est essentiellement cet aspect qui nous a séduit, Bruen laisse vivre son "héros". Il le maltraite, certes, mais il lui donne sa chance. Comme le dit un personnage, "On est tous les deux diminués, mais on continue...on continue et on avance." Même si les vieux démons ne sont jamais loin, ne disparaissant jamais tout à fait, même s'ils surgissent au moment et dans des lieux où on ne les attend pas ou plus, Taylor continue, essaie, empoigne la vie non plus avec la folie destructrice qu'on lui connaissait mais avec la ferme volonté d'en faire quelque chose de bien. 

Cependant, et malheureusement, alors que l'on a senti pratiquement à chaque page que l'on tendait vers le Mieux, c'est bien la première fois que Bruen a réussi à me déprimer, lui qui déclenchait chez moi une sorte de saine euphorie malgré le Noir total de ses écrits. Un paradoxe supplémentaire. Pas le moindre.
J'ai refermé ce Dramaturge avec la ferme intention de vérifier au plus vite si Taylor y arrivera enfin, malgré une chute des plus vertigineuses en guise de dénouement.
Mais ça, "Sin scéal eile" (C'est une autre histoire)...

Le Dramaturge (The dramatist, 2004) de Ken Bruen (trad. Pierre Bondil), Folio policier (2009), 278 pages.

 

Publié dans Noir irlandais

Commenter cet article

pierre bondil 03/01/2010 10:12


Bonjour,

J'arrive (presque) par hasard sur votre blog (j'avais une remarque à faire sur carnets noirs par rapport à la présentation de la traduction des 5 romans de Hammett et du nom "des" traducteurs) et
je découvre votre très bonne (dans tous les sens du terme) critique du "Dramaturge" de Ken Bruen que j'ai, lui, traduit seul (de même que le "Martyre des Magdalènes", mais pas les deux premiers
volumes de la série...). J'espère que vous aurez le loisir de lire les deux suivants et qu'ils vous plairont également ("La Main droite du diable", "Chemins de croix"). Je travaille actuellement
sur le prochain, à paraître en octobre, vraisemblablement sous le titre "En ce sanctuaire".
Si vous avez des questions à me poser sur ces traductions (Bruen, Hammett...) je ferai de mon mieux pour vous répondre.
Sachez aussi, comme je l'ai signalé à Morgane sur Carnets Noirs, que les documents concernant la traduction des 5 romans de Hammett seront disponibles courant janvier 2010 à la bibliothèque
nationale de la rue de Richelieu (annoncés, quand ils seront disponibles, sur archivesetmanuscrits.bnf.fr).
Bonne année 2010.


cynic63 10/01/2010 11:23


Merci beaucoup. Je vous contacterai certainement par mail car les questions concernant les traductions m'intéressent. Bonne journée


Nicolas 21/12/2009 09:42


j'hésite également pas mal à me lancer dans R&B, j'ai peur d'une série mineure...et que l'oeuvre centrale pour KB soit les JT

(désolé pour les acronymes)

sans doute me trompé-je...


cynic63 21/12/2009 09:47


Je n'ai jamais lu les R&B. Par contre, JML sur actu du noir en pense le plus grand bien.


Nicolas 20/12/2009 10:13


je découvre ces dernières semaines la série des Jack Taylor dans l'ordre :

intéressé mais pas totalement convaincu par le premier volume (style un peu trop "punchline"), j'ai enchaîné et depuis, c'est de mieux en mieux : j'en suis au 3ème (Magdalènes) et je suis
totalement "adddicted" à cette galerie de personnages !

rétrospectivement, je pense que j'apprécierais davantage le Delirium Tremens maintenant...
à moins que ce ne soit un problème de traduction pour les premiers : Pierre Bondil me va beaucoup mieux !!!


cynic63 21/12/2009 09:00


C'est vrai qu'il y a un petit côté addiction au fur et à mesure qu'on avance dans la série. Je vais lire bientôt les deux qui me "manquent" et attendre ce que Bruen nous prépare


Dollmeat 18/12/2009 12:37


Je crois que c'est le premier livre de Jack Taylor que j'ai lu. Je l'ai beaucoup aimé, je me souviens aussi avoir aimé la relation que Jack avait avec la fille autiste de son ami.
Je viens de me procurer la dernière enquête de Jack Taylor "Chemin de croix" qui n'attends plus que je la lise.


cynic63 18/12/2009 14:04


Oui c'est un très bon livre. Petite correction: la fille est trisomique. Mais il est vrai que c'est une assez belle relation


Eireann Yvon 08/12/2009 08:59


Bonjour.
Contrairement à Pierre, je mettrai un petit bémol pour « Chemin de croix »! Mais « Le dramaturge » lui, est excellent.
A bientôt.
Yvon


cynic63 08/12/2009 19:06


J'ai trouvé aussi ce "Dramaturge" excellent...et je ne pense pas attendre les rééditions de poche pour finir la série. 
A bientôt