Boîte à gifles

Publié le par cynic63

Parmi les auteurs français, Caryl Férey fait figure, à un peu plus de 40 ans, de valeur sûre.
Distingué à de nombreuses reprises que ce soit pour son diptyque maori ou son roman se déroulant en Afrique du Sud, le Breton apporte une touche rafraîchissante au roman noir à la française.

Dans ce Plutôt crever, qu'il a remanié à l'occasion de son édition chez Folio, Férey nous entraîne dans une intrigue alambiquée, mais bien orchestrée, qui regarde à la fois du côté du road-movie et du roman à suspense.

Fred reçoit de son amie Alice un drôle de cadeau d'anniversaire: une boîte dans laquelle, entre autres, il trouve Les Mémoires de Lacenaire et un revolver de calibre 44.
Par un concours de circonstances des plus tordus, Fred abat un de ses voisins qui se trouve être, de plus,  un député...
S'ensuit alors une fuite à travers la Bretagne; fuite pendant laquelle Fred et Alice vont trouver des embûches de toutes sortes.
Pris littéralement en chasse par Mac Nash, flic borgne d'origine irlandaise, mais aussi par Luis, dangereux activiste basque qui entend bien régler son compte à Alice, nos Bonnie and Clyde improvisés s'échappent sans vraiment savoir pour où.
Férey a réussi un roman nerveux, rythmé et traversé par des personnages bien allumés, chacun dans leur genre.
L'ensemble se lit de manière très fluide, sans véritable temps mort. On se surprend à craindre le pire pour notre improbable duo tout comme à rire face à des situations cocasses ou grotesques.
Ceci étant, la noirceur atteint son paroxysme lors de certaines scènes d'une violence extrême, notamment quand Luis passe à l'action ou lorsque Mac Nash ouvre également la boîte de Pandore de la famille de Fred...

Les choses s'imbriquent parfaitement et l'auteur fait preuve d'une maîtrise de la narration parfaite. En effet, si Fred est le narrateur de nombreux chapitres, Férey ne s'interdit pas d'adopter le regard d'autres personnages assez régulièrement. On apprécie, en outre, les choix narratifs adoptés qui permettent de revoir une scène précise du point de vue d'un protagoniste différent. Le tout sans impression de redite, ce qui est à souligner.
Et puis, la fin nous permet de respirer, de croire en un avenir meilleur et n'oublie pas de faire preuve d'optimisme
On pourrait, ce qui n'est pas mon cas, taxer le romancier breton d'en avoir trop fait, d'avoir créé des personnages un peu trop "borderline" ou d'avoir tiré un peu trop fort sur les ficelles du genre.
Il me semble qu'il s'agissait aussi ici - mais je me méprends peut-être - de composer, justement, un roman de genre, une sorte d'exercice de style. On attend donc de voir si Féréy va rééditer ce qui paraît être le premier volume d'une série consacrée à son flic atypique.
Mais il faut dire qu'entre-temps, notre romancier s'est attaqué à des tâches plus ardues...

Plutôt crever de Caryl Férey, Folio policier, 266 pages

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Jean-Marc Laherrère 02/03/2009 23:46

Ce flic est déjà revenu dans "la jambe gauche de Joe Strummer" publié chez folio, et, si mes renseignements sont exacts, un futur épisode est en voie de publication.

cynic63 03/03/2009 09:01


Merci pour le renseignement. J'avais vu "la jambe..." dans la biblio de Caryl mais n'avais pas creusé plus loin. J'espère que tes renseignements sont exacts car, persos, je trouve que, de temps en
temps, lire de tels romans, ça fait du bien...


Marie 22/02/2009 14:36

Lu en Août, après avoir lu ses deux romans dont l'histoire se situe en terre néo-zélandaise.
J'ai trouvé celui-ci est bien plus "commun". Une lecture agréable, mais sans plus.
(oui, je crois être difficile en policiers)

cynic63 22/02/2009 15:09


Certes, je pense qu'il fait beaucoup mieux mais je trouve qu'on sent un style, une façon de construire le récit qui est déjà bien maîtrisé


alain 21/02/2009 16:30

Je n'ai pas lu celui-là mais Haka et Hutu. J'aime beaucoup Caryl Ferey

cynic63 21/02/2009 16:37


En plus, je pense que c'est quelqu'un de plutôt bien (cf interview). Ici, on est dans une série noire à forte tendance humoristique. C'est revigorant...