Agenda...

Publié le par cynic63

J'en avais déjà parlé il y a quelques semaines, mais je remets le couvert...
Vendredi prochain, va commencer L'EVENEMENT de ce début d'année à Clermont-Ferrand: le festival international du court-métrage.
On en est déjà à la 31 ème édition et la chose est mondialement connue et appréciée des amateurs.
Né de la folie de quelques passionnés à l'époque, le festival a grandi sans jamais trahir son état d'esprit des débuts: un festival pour les amateurs de cinéma fait par des amateurs de cinéma.
L'équipe a connu des transformations bien normales vue la notoriété grandissante de l'événement mais n'a jamais eu à subir de crise de croissance. Pour être plus clair: l'état d'esprit des membres est resté le même.

Forts d'un joli local spacieux et adapté -et bien nommé La Jetée- les organisateurs du festival assurent toute l'année , en plus de cette véritable semaine sainte,  la promotion d'un genre qui, on est bien obligé de l'avouer, a de plus en plus de mal à trouver sa place sur grand écran.
Jamais la fréquentation n'a connu de diminution - 137 000 spectateurs l'an dernier; l'année record étant 2006 - malgré un léger tassement dû surtout au manque de salles susceptibles de prendre part à la manifestation.
Clermont Ferrand, c'est le Cannes du court et ce n'est pas qu'une simple analogie car, en termes de public, le festival auvergnat arrive juste derrière la ville azuréenne.
De nombreux réalisateurs confirmés aujourd'hui ont fait leurs armes lors de ce festival. On citera, entre autres, Klapisch, Jeunet, Kounen, Podalydes...
Si vous êtes intéressés, voici le lien du site officiel du festival http://www.clermont-filmfest.com/ et si vous passez par chez nous (que les mauvais esprits qui ont dit: "il faut y être né dans cette ville pour s'y rendre" sortent tout de suite!!!!!), ne manquez pas d'aller goûter à l'ambiance chaleureuse et absolument pas bobo qui règne pendant la semaine du court.

Une très mauvaise note, tout de même, à la ville de Clermont: Où sont passés nos afters d'antan? Notre brasserie préférée ayant été fermée dans le cadre d'un projet pharaonique qui, pour couronner le tout, se retrouve gelé faute d'argent, on se sent bien orphelins et, notamment, privés d'un lieu où l'on pouvait croiser des gens divers et discuter avec les acteurs et les réalisateurs en toute simplicité.

Nos pouvoirs publics, à ce qu'il paraît de gauche, ferait bien de réfléchir par deux fois avant de torpiller par des décisions inconséquentes l'excellent travail de quelques individualités dévouées...

Pour en terminer avec ce côté "coup de gueule", nourrir des ambitions pour notre ville est tout à fait légitime mais il faut rester modeste et réaliste: on ne sera jamais Lyon, ni même Toulouse ou Bordeaux. Fermez le ban....

Pour ma part, je m'apprête donc à plonger littéralement dans une semaine de délire, de bonheur, d'images en tous genres....

Je vais donc ralentir les chroniques "littéraires" mais je vous parlerai en long et en large des films que j'aurai vus et qui m'auront touché ou ému...

Commenter cet article

Mariana 25/01/2009 14:05

A noter au festival du court métrage le programme clips se penche sur les groupes auvergnats. De quoi leur faire une belle promotion !
On ne peut que déplorer l'absence d'afters...

cynic63 25/01/2009 14:45


Ben, pour certains, ils feraient mieux d'apprendre à jouer...Mais comme je ne parle que de ceux que j'aime, j'espère bien que les Suppos et les Elder vont casser la baraque...Pour les afters, m'est
avis que certains bistrots bien connus vont s'en charger.....


alain 25/01/2009 11:24

J'adore ce type de festival. J'attends que tu nous signales des perles rares..

cynic63 25/01/2009 14:43


Je le ferai sans faute...Tu peux déjà regarder le programme sur le site (très bien faits d'ailleurs) du festival (lien dans la chronique). Si un jour, tu as l'occasion de venir pendant cette
semaine, n'hésite surtout pas: c'est vraiment un événement