Tokyo sex destruction

Publié le par cynic63

 

Miso Soup de Murakami Ryu nous plonge dans le sordide du Kabukicho, quartier des plaisirs de la capitale nipponne.

Kenji, jeune homme de 20 ans, joue un peu les guides pour les touristes très spéciaux voulant goûter aux différents services proposés par l'endroit. Spécialisé dans l'accompagnement des Américains, Kenji a un carnet de rendez-vous relativement bien rempli grâce, notamment, aux petites annonces qu'il passe dans un gratuit tokyoïte au lectorat ciblé le Tokyo pink guide.

A la veille de la nouvelle année, il est chargé d'escorter Frank, un Américain étrange.

Très vite, Kenji se rend compte que ce client n'est pas comme les autres, qu'il présente des traits de caractère déstabilisant et qu'il se comporte de manière souvent incompréhensible.

On accompagne alors ce duo improbable dans son voyage au bout de la nuit interlope et sordide de la capitale du Japon.

On rencontre, en effet, des strip-teaseuses, des escorts, des lycéennes vendant leurs charmes à des adultes pervers, des immigrées n'ayant pour seul moyen de subsistance que leur corps.

Et, évidemment, l'ensemble de ces travailleuses du sexe ne font pas partie du luxe de la profession...

Narrateur du roman, le jeune japonais nous fait pénétrer (sans jeu de mots) dans un univers à la fois glauque et haut en couleurs: on découvre les différents établissements proposant tous les services que l'industrie du sexe a pu imaginer. C'est, à la fois, décrit froidement et sans concession: on ressent toute la misère sexuelle d'une population mais aussi l'hypocrisie d'une société moderne qui tolère tout en les cachant les dégénérescences qu'elle ne supporte pas de trop montrer.

Petit à petit, l'odysée des deux compères de circonstances tend vers le sordide jusqu'à atteindre l'indicible lors d'une nuit d'horreur dans un bar réservé aux âmes à la dérive. On assiste alors, tout au long de pages minutieusement écrites, à l'une des plus repoussantes scène du roman.

Troublé par un Frank doué de forts pouvoirs de suggestion malgré une forme de folie qui se révèle être des plus extrêmes, Kenji est alors atteint d'une forme de trouble bien connue des victimes: le syndrome de Stockholm. Il est donc empêché, sa volonté annihilée, de tout dire, d'échapper à l'emprise de cet Américain détraqué dont on ne sait pas toujours s'il est victime de ses propres hallucinations ou s'il dit la vérité...

Par ailleurs, l'auteur précise son projet littéraire, s'il en avait été besoin, dans la postface lorsqu'il écrit: « Le fait est que j'ai beau écrire roman sur roman, je n'arrive pas à suivre la réalité de l'effondrement de la société japonaise ». Loin de proposer une solution rétrograde à cette déliquescence, Murakami nous met en garde contre les dérives d'une société libérale qui ne fonctionne que sur des rapports truqués et qui se voile la face. Par exemple, il dénonce les adultes responsables de la dérive de ces adolescents japonais en manque de repère et la violence d'un pays qui cumule les défauts d'hier et ceux d'aujourd'hui.
Comme le dit le narrateur à sa petite amie lors d'une scène où ils écoutent tous les deux un des multi-spécialistes qui, comme en France, polluent les plateaux télés de leurs commentaires vides et ineptes:
« Les parents, les professeurs, l'Etat, tout le monde nous enseigne comment mener une vie fastidieuse d'esclave,mais ils ne nous apprennent jamais ce que c'est qu'une vie normale »

Murakami, par la voix de son jeune narrateur, se fend également de nombreuses pages sur les rapports culturels entre deux sociétés -américaine et japonaise- qui apparaissent non seulement très différentes mais aussi opposées.

Roman sur l'incompréhension – entre les générations, entre les individus, entre les civilisations – Miso Soup nous interroge aussi sur nos facultés à vivre en accord avec nous-mêmes et sur le respect que l'on doit à l'Autre.

Si on peut regretter les parfois trop longues introspections du narrateur, certes nécessaires, et une fin qui ne solutionne rien, mais malheureusement logique et voulue, ce livre de Murakami mérite qu'on s'y arrête.

Contrairement aux endroits qu'il évoque...

Miso Soup de Murakami Ryû (trad. Corinne Atlan), Picquier poche, 276 pages

Publié dans littérature japonaise

Commenter cet article

Marie 15/02/2009 19:39

Oui, c'est vrai, surtout vers la fin où l'auteur quitte un peu la fiction pour déballer ce qu'il a sur le cœur.
De cet auteur, je ne peux que te conseiller "Les bébés de la consigne automatique", un chef-d'œuvre !

cynic63 21/02/2009 11:10


Merci pour le conseil....


Marie 14/02/2009 23:40

Je me rends compte que j'ai lu ce livre en même temps que toi ! Cela dit, j'ai été moins conquise...

cynic63 15/02/2009 10:01


Certains passages sont, en effet, parfois un peu longs. Ceci dit, je trouve que l'analyse de la société japonaise est très intéressante


Mariana 21/01/2009 22:31

"les dominions de Sa Majesté, sur lesquels le soleil ne se couche jamais". Christopher North (1785-1854), critique littéraire écossais. C'est peut être un premier élément pour comprendre pourquoi culturellement, ils peuvent manquer d'ouverture et se regardent souvent le nombril. Il y aurait long à dire....

jeanjean 21/01/2009 22:24

... au fait, Cynic63, ça te dérange pas trop qu'on "squatte" ton blog ?! ;-)
Sinon, pour le rock anglais, autant me parler de la théorie de la relativité, je suis complètement largué ! :-)

cynic63 21/01/2009 22:45


Pas de souci!!!!! En plus, ça permet d'échanger non seulement des impressions mais aussi des informations chiffrées (pourcentages et autres données) ou inconnues de certains.
Quand je parlais de "rock", ce n'était pas de "rock anglais" mais plutôt de la méconnaissance qu'ont souvent les Anglais du rock "en provenance" d'ailleurs. D'où un certain paralèlle avec ce que tu
as dit du monde de l'édition: peu de choses venant d'un autre endroit sont connus ou disponibles


jeanjean 21/01/2009 22:24

... au fait, Cynic63, ça te dérange pas trop qu'on "squatte" ton blog ?! ;-)
Sinon, pour le rock anglais, autant me parler de la théorie de la relativité, je suis un vrai ignorant dans ce domaine ! :-)